Les plantes, de véritables petites usines à dépolluer !

Si vous croyez qu’une fois votre porte fermée, la pollution reste dehors, cet article est pour vous. Encore très méconnue, la pollution de notre habitat est l’une des plus nocives. Heureusement certaines plantes sont là pour améliorer considérablement l’air ambiant de nos appartements. Explications.

Quelle pollution ?

Selon les scientifiques, l’air intérieur de nos maisons et appartements serait plus pollué que l’air extérieur. Or nous passons près de 80% de notre temps dans des espaces clos. Les responsables de la pollution intérieure sont les composés organiques volatiles (COV) comme le formaldéhyde, l’ammoniac, le monoxyde de carbone, le benzène, contenu dans le tabac, les appareils de chauffage, les détergents, les solvants, le mobilier, le bois aggloméré, les peintures…

Comment ça marche ?

Dans les années 80, le docteur Wolverton, chercheur américain à la NASA, a mené une étude mettant en évidence l’efficacité des plantes dans la dépollution de nos intérieurs grâce à leur métabolisme. Le mécanisme d’absorption, de captation et de transformation reste encore méconnu, mais on sait aujourd’hui, que les polluants sont absorbés par les plantes au niveau des feuilles, et se dirigent vers les racines. Les polluants se fixent également sur les racines mais dans une moindre mesure. Aidées de leurs bactéries (micro-organismes vivant dans les racines), les polluants sont convertis alors en produits organiques qui servent à nourrir les plantes, et la boucle est bouclée ! Par ailleurs, les plantes apportent d’autres avantages dans une maison, comme la conversion du gaz carbonique en oxygène grâce à la photosynthèse. Mais aussi l’émission de vapeur d’eau par un processus nommé transpiration, qui améliore le taux d’humidité dans la maison.

Quelles plantes pour quelles pièces ?

La cuisineest certainement l’endroit de la maison qui se salit le plus vite, mais c’est aussi celui dans lequel on conserve les aliments. Et donc, on aime à la laisser propre. Du sol à l’évier en passant par le plan de travail, on utilise tout un tas de détergents et autres produits d’entretien, desquels s’évapore de l’ammoniac. Le rhapis, appelé plus communément palmier d’Asie, est considéré selon les études de la Nasa, comme la plus efficace à éliminer ce COV hautement toxique. Les meubles en bois aggloméré, les solvants des sols et emballages en cartons contenant des encres dégagent nombreux COV tels que le formaldéhyde, benzène ou trichloréthylène, que le chrysanthème et le gerba, deux plantes éphémères, absorbent efficacement.

Le salon est le lieu de convivialité de la maison par excellence, on aime y recevoir du monde, qu’il sente bon. Pour se faire, on utilise des parfums d’ambiance et autres bougies odorisantes mauvaises pour la santé. Mais c’est aussi une pièce qui contient bon nombre de meubles dont de nombreux COV s’en évapore et qui peuvent être éliminés par le phoenix roebelenii (dit palmier dattier du Laos) l’aréca (palmier d’aréca) ou le pothos (arum grimpant). Le salon est souvent la pièce la plus grande de la maison, n’hésitez pas à y mettre de nombreuses plantes.

Dans le bureau se trouve souvent l’ordinateur, la télévision et autres appareils électriques. Le cactus colonnaire a pour propriété d’absorber les ondes électromagnétiques. Les ficus (figuiers pleureurs) ont quant à eux la propriété d’absorber le formaldéhyde et le toluène contenu dans le mobilier, encres d’imprimantes et autres matériels de bureau. Le ficus elastica decora aura l’avantage d’attirer plus particulièrement la poussière, ce qui conviendra particulièrement aux pièces encombrées comme le bureau. Cependant certaines sortes de ficus peuvent être allergène, particulièrement pour les petits.

La chambre est l’endroit dans lequel on passe près d’un tiers de notre vie. Elle contient souvent de la moquette et des meubles en bois aggloméré, des rideaux et vêtements que l’on lave à sec et dont s’évapore du formaldéhyde, benzène et xylène entre autre. Pour les éliminer, le palmier bambou ou les dracaena (‘Janet Craig’, fragrant, marginé, ‘Warneckii’) seront efficace. Le spathiphyllum (ou fleur de lune) élimine également de très nombreux COV, dont l’ammoniac.

La salle de bain est comme la cuisine, un lieu que l’on nettoie régulièrement. Mais c’est aussi souvent là que se trouve la machine à laver le linge et donc tout ce qui est lessive et assouplissement, l’anthurium (ou flamant-rose) permet d’absorber de nombreux COV, notamment l’ammoniac. Pour absorber le formaldéhyde contenu dans les meubles et autres solvants, la fougère de boston arrive en tête de liste des plantes testées par la Nasa.

Dans les couloirs, lieu de passage et souvent sombre, ou dans toutes les pièces, on peut y mettre une chlorophytum (plante araignée), ou du lierre, peu gourmand en lumière et qui élimine les COV qui s’évapore des meubles en bois aggloméré, peinture et autres solvants. Mais également, le monoxyde de carbone qui se dégage des appareils à gaz.

Et vous, que pouvez-vous faire ?

Les plantes permettent de dépolluer l’air de votre intérieur, mais vous aussi vous pouvez participer à son assainissement. Voici quelques règles de bonnes conduites :

– aérer au moins 10 minutes par jour son intérieur, pour renouveler l’air et tuer les bactéries,

– passer l’aspirateur régulièrement pour éliminer les poussières et acariens,

– nettoyer la poussière qui se dépose sur les feuilles de vos plantes, particulièrement dans la cuisine où les feuilles deviennent grasses et poisseuses,

– entretenir et nettoyer les systèmes d’aération,

– privilégier les produits d’entretien respectant l’environnement,

– utiliser des matériaux de construction écologique (préférer des meubles en bois massif, éviter les peintures contenant des dérivés pétrochimiques, choisir des ordinateurs et jouet moins polluants),< br/>

– éviter les parfums d’ambiance, bougies parfumées ou bâtonnets d’encens.

Emeline Girette

Get the Flash Player to see this content.

No Comments

Laisser un commentaire


Vérification : *