Hipp ! Hipp ! Hourra pour les bébés !

HIPP : qui est donc le roi du bio pour bébé ?

Quatre lettres multicolores, h,i,p,p, surmontées de trois cœurs. Un beau logo, que tout le monde connaît. Difficile d’y échapper si vous décidez – comme beaucoup de parents contemporains – d’élever un bébé bio, pardon, de nourrir votre enfant avec une alimentation saine. Un petit tour chez Monop’ ? Au rayon petit pot, coincé entre les mammouths Nestlé et Blédina, y’a quoi, comme bio ? Hipp, et rien d’autre. Hop, rendons nous chez La Vie Claire. Au même rayon, que trouve-t-on ? Des Hipp, of course. Et chez Naturalia ? Les produits de la marque aux trois cœurs ne sont plus seuls, mais ils bénéficient toujours de la plus grande surface d’exposition. Deux mètres de linéaires sont même consacrés à une belle promo : pour trois petits pots achetés, le quatrième est gratuit. Hipp hip hip hourra (il fallait bien la faire). Sur le net, les têtes de gondole deviennent des hauts de page, mais rien n’y fait : Bébé au naturel, natiloo, eco-sapiens… y’a du Hipp partout

Il faut dire que le succès de cette marque allemande ne date pas d’hier. Ni même du siècle dernier. Si l’on en croit l’histoire officielle de la société, corroborée par plusieurs journaux allemands, la genèse de l’entreprise remonte carrément à 1899. Cette année-là, Maria Hipp met au monde des jumeaux qu’elle peine à nourrir correctement au sein. Son époux Joseph, employé dans une pâtisserie, a l’idée d’ajouter au lait (de vache) de la farine de biscottes, augmentant ainsi sa valeur nutritionnelle. Les jumeaux survivent, et la nouvelle du succès obtenu avec la farine de biscottes se répand bientôt comme une traînée de poudre (de lait). La saga Hipp se poursuit très vite par le rachat de la pâtisserie et sa transformation en manufacture par papa Joseph. En 1932, un de ses fils, Georg, fonde sa propre usine. Dans les années 50, imitant ce qui se fait aux Etats-Unis, il met sur le marché les premiers petits pots Hipp, bientôt suivis par des jus, des préparations à base de viande et des desserts…

Sa grande idée, Georg Hipp l’a en 1956, quand il se lance dans la culture de fruits et de légumes sur des sols naturels, sans utilisation de produits chimiques. Ses produits deviennent bio, alors que le mot n’a même pas encore été inventé. En 1967, son fils Claus prend la direction de l’entreprise et continue de faire avancer, pas à pas, l’idéal écologique. Il développe notamment un réseau d’agriculteurs liés par contrat.

Aujourd’hui, Hipp est le plus important fabricant alimentaire bio pour bébés. Et ce, au niveau mondial. L’entreprise réalise un chiffre d’affaires de plus de 250 millions d’euros, et un profit à deux chiffres (toujours en millions d’euros). Elle compte 1000 salariés, des bureaux et des usines en Allemagne, en Croatie, en Hongrie et en Ukraine.

Pour le consommateur, cette success story a toutefois un prix. Pas celui qui s’affiche dans les magasins, car les petits pots Hipp sont souvent les moins chers du rayon bio. Mais celui du déficit d’informations. La marque est tellement diffusée qu’elle doit désormais se fournir en bio aux quatre coins de l’Europe, et parfois plus loin. Contrairement à certains concurrents, notamment Babybio, les étiquettes Hipp n’indiquent pas l’origine géographique des produits utilisés… Or, pour les consommateurs éthiques, ce type d’information devient incontournable, bilan carbone oblige. Dans le registre de la transparence, Hipp devra donc faire un petit effort s’il veut rester au top.

Jean Regnaud

2 Comments

  • berengere

    oui c’est dommage que les grandes marques à succès finissent par ajouter des ingrédients pas “clean”, amidons, additif, antioxidants, etc… HIpp a beaucoup de choix voila tout et est présent partout mais effectivement c’est UE/non UE sur l’emballage.
    moi je conseille babybio (souvent France mais surtout les recettes sont bonnes), smileat (dernière trouvaille super texture et saveurs!) et organix, surtout pour les biscuits et snacks, pas forcément facile à trouver mais je me fait livrer…

  • Bonsoir,
    j’ai essayé toutes les marques de petits pots bio et désolée mais hipp est pour moi la plus mauvaise: quelle déception!
    Dans les petits pots aux fruits on se rend compte qu’il y a des épaississants qui n’ont rien à y faire y compris dans les goûts du début de la diversification.
    Je m’en suis rendu compte quand ma fille a vomi 2 fois de suite les compotes hipp…

    Vu le stress d’un bébé de 6 mois qui vomit, je trouve qu’il faut bien préciser que ces petits pots ne sont pas toujours 100% fruits ce qui est le minimum qu’on attend d’une gamme bio…même vendue en supermarché!!!

    Je précise que ma fille n’a jamais été malade avec d’autres marques bio.

Laisser un commentaire


Vérification : *