Cosmeto textile et tissu technique, en version éco, ça existe ?

Collants hydratants, foulards odorants, gaines amincissantes, tissus fongicides, réparateurs, thermorégulateurs… les tissus techniques arrivent à grande vitesse dans nos vies quotidiennes.

Ecologie et technologie pouvant se rejoindre, nous avons fait des recherches sur ce qui existe concrètement aujourd’hui en version eco dans ces nouveaux procédés qui conjuguent vêtements et soins du corps.

Lyocell®, Seacell® : du bois, des algues, de la science et de l’écologie !

laredoute1Techniques, écologiques et pour certains curatifs, cette nouvelle génération de tissus pourraient permettre à terme de remplacer en grande partie les fibres synthétiques issues de la pétrochimie.

Tout part d’un produit de base synthétique. Et oui synthétique, car la chimie lorsqu’elle fait un effort peut se révéler écologique.

Dans le cas présent il s’agit du Lyocell®, un tissu à base de cellulose, donc de bois… D’eucalyptus plus précisément. Eucalyptus dont la production est gérée, la croissance rapide et dont les propriétés techniques donnent les meilleurs résultats pour obtenir le Lyocell développé par la firme allemande Smartfiber AG pour réaliser cette prouesse techniquement propre. En remplacement de la viscose de bambou conventionnelle particulièrement nocive (voir encadré), le bambou se prête aussi bien à cette transformation chimique.

La particularité de ce procédé réside dans l’utilisation d’un solvant organique non toxique et recyclabe à 99%, le solvant N-MéthylMorpholine N-Oxyde (NMMO) dont la particularité est d’être utilisé en boucle pour la fabrication du Lyocell®. De la cellulose ainsi obtenue sera fabriqué un fil puis un tissu d’origine naturelle, bio dégradable, respirant, absorbant, confortable et atout supplémentaire infroissable

grenouillereseacellTapez “robe Lyocell®” dans google et vous verrez que la Redoute et d’autres marques de grande distribution commencent à distribuer des vêtements dans cette nouvelle matière sans pour autant le signaler comme écologique, ce qui est une belle avancée, car c’est bien lorsque les industriels nous proposeront des productions de masse écologiques que la bataille du bio sera gagnée !

Le fil lyocell® a aussi la particularité de pouvoir être enrichi de poudres d’algues provenant d’Islande pour obtenir un tissu technique aux propriétés curatives étonnantes.

Les substances renfermées par les algues ont des propriétés anti-inflammatoires, calment les démangeaisons et distillent calcium, magnésium et vitamine E. Autant de vertus et de principes actifs que les algues conservent pendant la fabrication du fil. La structure poreuse de la fibre SeaCell® favorise l’absorption et l’évacuation d’humidité lorsque le vêtement est porté. Leurs principes actifs restent incorporés dans le tissu, même après le lavage. Une fibre révolutionnaire développée notamment dans les collections de la marque Ekyog ou encore timidement dans certaines collections pour enfant.

Le crabyon ou les super pouvoirs réparateurs du crabe.

crabyonProduite par la firme japonaise Omikenshi Company la fibre Crabyon® est réalisée à partir de chitine et de cellulose.

La chitine, substance contenue dans la coquille des crustacés et particulièrement celle des crabes et des crevettes a un haut pouvoir cicatrisant, fongicide, anallergique et pour ne rien gâcher s’avère biodégradable.

Principalement utilisé dans le domaine médical, on trouve néanmoins des chaussettes au crabyon pour réparer les pieds abîmés. Avis donc aux grands marcheurs aux pieds fragiles, il existe pour vous des chaussettes réparatrices !

Cosmeto textile, la micro encapsulation en version bio : aussi bon à l’intérieur que sain à l’extérieur, ça existe ?

Qu’est ce que la micro encapsulation en cosméto textile :
c’est un procédé qui consiste à emprisonner une substance “active, curative” dans une membrane afin de la libérer progressivement . En cosmeto textile ces micro capsules sont intégrées dans un support en tissu. Lorsque l’on porte le vêtement, chaque frottement avec le corps libère les substances contenues dans les micro capsules.

Une eco membrane ?

La membrane de la micro capsule se fait dans la version conventionnelle à base de polymère synthétique, mais dans une version plus écologique, il s’agira d’un polymère naturel tels que la cellulose et l’amidon.

Substance actives : des produits bio dans les micro capsules ?

Pour ce qui est du contenu, il existe une version bio de ces cosméto textiles. l’offre y est plus restreinte et les objectifs moins cosmétiques que dans la version traditionnelle, mais une société a fait son succès avec le procédé : limpid day qui propose une gamme de cosmeto vêtements bio aux propriétés relaxantes à base d’huile essentielles bios.

De la cosmeto textile conventionnelle mais sans paraben.

La marque slimtess propose des panty amincissants et raffermissants dont les micro capsules contiennent de la vigne rouge, du thé vert et de la caféine. Le tissu lui est en coton mais non bio.

skinupLa marque skin up elle, propose des panty et tee shirt en coton bio et dont les microcapsules sont garanties sans paraben mais pas pour autant bios ! Petit plus de la marque, des recharges en spray pour maintenir actif le vêtement.

La technologie le permettant, il est probable que dans les années à venir une offre entièrement écologique de cosmeto textile avec des objectifs de soins hydratants et amincissants voit le jour. A suivre, donc…

Tissus Bio céramique, une technique prometteuse

Issues de roches volcaniques, fortement chargées en oxydes métalliques, les bio céramiques sont fabriquées en sélectionnant des oxydes de ces roches qui sont chauffés à 900 degrés puis broyées en micro particules et qui sont soit intégrées dans le fil, soit appliquées sur les tissus par transfert ou en sérigraphie.

Leur technologie s’appuie sur les IFR : Les Infrarouges lointains Réfléchis

De quoi s’agit il ?
La lumière du soleil se compose de différentes longueurs d’onde qui combinées produisent “la lumière du jour”. La lumière infrarouge, elle se situe dans les longueurs d’onde inférieures du spectre et produit la chaleur que nous ressentons durant une exposition au soleil. Les rayons infrarouges varient dans leurs longueurs d’onde et sont classés par catégories : Rayons courts – Rayons moyens – Rayons lointains.

On appelle les Infra Rouges Lointains “la lumière de la vie ». Cette longueur d’onde du rayonnement infrarouge est celle qui préside à toute croissance et tout développement de vie dans la nature. Les premières combinaisons spatiales des astronautes étaient revêtues de biocéramique pour pallier au manque de soleil à l’intérieur de la navette spatiale. C’est cette technologie qui est utilisée aujourd’hui dans les tissus en biocéramiques.

picturejeanLes biocéramiques emmagasinent la chaleur produite par le corps humain. Lorsque ces nano particules ne peuvent plus absorber de chaleur, elles la renvoient directement à la surface de la peau provocant alors une augmentation de la température et donc une amélioration de la micro circulation. Les échanges intercellulaires et tissulaires sont alors stimulés.

Vêtements thermorégulateurs et amincissants sont donc au programme de cette nouvelle technologie censée envahir les rayons des marques.

La marque Picture, spécialiste de vêtements écologiques propose une gamme de vestes de montagne doublées avec une membrane bio céramique ainsi qu’un jean en bio céramique.

La marque sveltesse propose elle, pantys, culottes, leggings dans le cadre de cures amincissantes. Le procédé est intéressant mais hélas toute la gamme est en polyamide. Il faudra donc attendre encore un peu pour qu’une marque de dessous bios s’empare de ce procédé et nous le propose en version éco.


Viscose de Bambou, petits mensonges et gros profits !

Tee shirt, peignoirs, robes en viscose de bambou proposés dans le circuit traditionnel de distribution avec pour arguments marketing le côté zen, propre, bref écologique se révèle en fait une tromperie, car la transformation de la fibre de bambou en tissu nécessite en effet l’utilisation de soude caustique et d’acide, à tel point qu’il est impossible de retrouver la moindre trace de fibre naturelle dans le produit fini (=100% viscose) !

Seules les viscoses de bambou produite avec le solvant N-MéthylMorpholine N-Oxyde (NMMO), donc sur une base Lyocell® peuvent prétendre être écologique. Il est donc dans l’intérêt de chacun de choisir des produits issus de la filière « mode éthique » pour avoir la garantie d’un vêtement en bambou écologique.

Olivia Petrucci

2 Comments

  • tres triste pour nos amis japonnais mais pourrait on savoir si tous les produits qui arrivent de chez eux apres la catastrophe nucleaire sont serieusement controles comme ici vos chaussettes a base de coquilles de crustaces sans parler bien sur des thes ou des algues sechees dont nous sommes tant friands!

  • capucine Caravias

    Très intéressant, de faire attention autant aux origines et aux procédés de fabrication des tissus et à leur impact sur l’environnement qu’aux effets sur la peau et le corps. Ce serait intéressant de voir si les vêtements sont testés pour vérifier leur véritable impact sur la peau… + finalement voir dans le reste du monde s’il n’y a pas des textiles déjà utilisés depuis des siècles avec des propriétés similaires?

Laisser un commentaire



5 + = 12

Trackbacks